• Pauline

"La petite robe verte"

Depuis mon plus jeune âge, je rêve de mode. J'ai dessiné quantité de collections... dans ma prime jeunesse. Ce goût pour la couture, l'habit, est issu des robes à crinoline des films d'époque que je regardai avec ma maman ou ma grand'mère. Et en premier lieu Autant en emporte le vent (qu'il faut désormais voir en étant averti au préalable). Les costumes ne sont pas mis en cause dans la polémique des derniers mois, alors je continue de rêver devant les tenues de Scarlett O'Hara! La robe la plus iconique reste sans doute la robe verte que Mama confectionne dans les rideaux de Tara.



Depuis le confinement, je me suis mise à la couture. Plus modestement et sans l'ambition d'une future robe à crinoline, certes, mais avec la volonté d'apprendre à coudre. Une machine acquise d'occasion et me voilà partie dans ce nouvel apprentissage. Il a donc commencé avant l'annonce du cancer. Mon rythme de vie était encore bien soutenu du fait de mon travail d'architecte et la reprise des chantiers post-confinements. Je me suis donc mise à coudre cet été, alors en télé-soin en Provence. Mais, seule : impossible de progresser. J'ai cherché des cours en ligne et c'est sur le site de Udemy que j'ai découvert un petit cours très explicite que je recommande:

Depuis, je couds, dès que je peux. Mais les pochettes en tout genre, que l'on nous propose pour débuter manquent d'ambition.


Une amie m'a gentiment offert le livre Ma garde-robe à coudre pour toute l'année. J'ai donc tenté le pantalon de pyjama... le plus dure restent les coutures droites!


Mais le challenge que je me suis fait est issu d'un petit site internet créé par des couturières professionnelles. Le confinement a été l'occasion pour elles de faire des masques en tissu. Depuis, elles ont décidé de proposer un patron gratuit nommé "la petite robe verte". Verte, parce que écologique: ce modèle n'utilise que 94cm de tissu.


Le patron est téléchargeable sur:

Et voilà mon travail:

J'ai choisi un tissu issu d'un vieux rideau acheté chez Emmaüs. Et comme Scarlett, j'ai moi aussi ma robe-rideau!


La couture reste donc une activité enthousiasmante pour moi. La mode reste une passion. Le lèche-vitrine dans les rues parisiennes, masquée, ne me plait que très peu... et voir des robes d'exception dans les expositions du Palais Galliera ou du musée des Arts Décoratifs me manque.


En attendant, je pense visiter l'exposition virtuelle La mode à Versailles en espérant arpenter de nouveau les musées sous peu!



Marie-Antoinette, reine de France (1755-1793)1788

Elisabeth-Louise Vigée Le Brun | Château de Versailles

53 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Kintsugi

Venise