Venise

Point de jeu de mot ou de pirouette verbale pour le titre de ce post. Parce que Venise : C’EST SACRE !



Cette ville me manque. L’Italie tout entière me manque… Mais Venise, c’est la première ville que j’ai choisie d’habiter. Je suis partie faire ma 4ème année d’architecture à l’IUAV (Istituto Universitario di Architettura di Venezia). Cela fait 25 ans maintenant… c’est assez effrayant et abyssal. Je vivais à côté de la Salizzada San Lio, entre le Rialto et San Marco. Que de souvenirs intenses dans un décor de rêve. Cette ville est unique. J’ai gardé mes amis Erasmus belges : Marie, Yves… Et je croise certains étudiants désormais architectes, dans les rues ou soirées parisiennes : Marie, Fabio, Karl, Adrien. J’ai gardé mon album de photo de cette époque et voici quelques pépites :


A la fin de cette année exceptionnelle, mes parents m’ont offert une forcola : c’est l’outil qui permet au gondolier d’appuyer sa rame et s’orienter. Le soir, ils la détachent de leur gondole. La mienne est dans mon salon. J’ai donc chaque jour la vue de ce petit bout authentique de la Sérénissime devant moi. Venise me manque… mais peut-être que je me répète, non ?



L’an dernier, pour mes 45 ans, mon époux chéri m’a offert un rouge à lèvre Hermès (il venait de sortir) et un week-end à Venise. Mon anniversaire étant pendant le 1er confinement, j’attendais le retour à la vie d’avant avec impatience. Mais le rouge à lèvre n’est jamais arrivé (bravo le e-commerce Hermès ! du coup si quelqu'un veut m'en offrir: n'hésitez pas- finition satinée per favore) … beaucoup de travail les semaines qui ont suivi le déconfinement… et puis le cancer. A défaut de canaux, j’ai eu des intraveineuses. A défaut de gondoliers, j’ai eu le plaisir d’échanger avec des infirmiers et infirmières (tous très gentils et pro), à défaut de photos instagrammables sur fond de lagune, j’ai eu des mammographies, échographies, scanners, petscan ! J’ai visité les hôpitaux de Marseille l’été dernier, puis de retour à Paris, j’ai navigué entre l’Institut Gustave Roussy, l’hôpital Foch, les centre de radiologie, les cabinets paramédicaux. Un tout autre tourisme…J’attends donc toujours mon cadeau d’anniversaire de mes 45 ans. D’autant que l’on essaie de faire un week-end tous les 2 presque chaque année à Venise. Cela va faire 4 ans maintenant que nous n’y sommes pas allés !


Pour se plonger dans l’univers de Venise, je vous propose un petit tour de vaporetto-traveling maison le long du Grand Canal.



Ce livre Grand Canal est très beau et je m’étonne qu’il n’ait pas été fait plus tôt. Il faut la longueur de 3 fois mon salon-salle à manger-cuisine pour déplier le panorama !


Et en parlant de cuisine, je vous recommande de vous faire de temps en temps des Cicchetti (sortes de tapas vénitiens), avec une préférence pour la tartine de baccalà Manteccato. En plus, si vous la faite avec de l’huile de colza, votre nutritionniste sera ravie (plein d’oméga-3 et des protéines animales). C’est donc tout bénéf.



Évidemment, pour m’immerger dans l’ambiance de la vie vénitienne, je lis très régulièrement le dernier Donna Leon et les enquêtes du commissaire Brunetti. J’a-dore. La cuisine vénitienne est un personnage à part entière, et Donna Leon a édité un livre de recettes, que je vous conseille aussi. Quand je suis dans Castello, je vais systématiquement boire un caffé au petit caffé qui fait l’angle, en face de San Giorgio dei Greci, dans l’espoir de croiser le commissaire.


Alors quelques conseils pratiques pour organiser et profiter de votre séjour à Venise :


DO (" A faire" en anglais)

- Choisissez un petit hôtel tranquille : le petit hôtel que j’ai préféré était le Palazzo Soderini, très bien situé, avec un petit jardin et une douzaine de chambres. Il y a l’embarras du choix à Venise… Et les appartement AirBnB ne manquent pas non plus à vous de décider.

- Prenez un pass Vaporetto : à l’unité c’est encore plus cher. Et tout faire à pied : bon courage !

- Organisez vos visites chaque jour de quartier en quartier (les sestieri : il y en a 6) : on marche beaucoup à Venise, mais aussi on monte et on descend beaucoup de marches d’escalier (parce que les ponts).

- Réservez vos visites. Impossible de profiter de la visite des itinéraires secrets du Palais des Doges sans avoir réservé (même si ce tour est désormais proposé avec plusieurs créneaux).

- Pour vos déjeuners, faites comme les gondoliers et mangez des cicchetti sur le pouce dans les nombreux baccarì (bars à vin) essentiellement situés autour du Rialto. Certains ont une salle trattoria. Le soir aussi, vous pouvez pratiquer cela en allant de baccaro en baccaro mais attention, ils ferment relativement tôt. Manger des tramezzini dans un caffé est aussi économique et très italien.

- Alternez vos visites entre églises / musées classiques et galeries d’art/ biennale/ Punta delle Dogana. Venise bénéficie d’une culture très vivante et actuelle. Tous les 2 ans, la Biennale d’art contemporain donne le ton de la production internationale mondiale, alternant avec la Biennale d’architecture, tout aussi intéressante.

- Organisez au moins une visite dans les îles : San Lazarro degli Armeni, Murano, Burano, Torcello.

- Les églises c’est bien, mais les synagogues aussi se visitent : je les recommande. Après, vous pourrez aller boire un verre au Paradiso Perduto (notre QG en 1996-97)

- Si vous décidez d’aller à Venise entre début novembre et avril : apportez vos bottes en caoutchouc. Vous me remercierez. Si vous y allez en été, prenez un maillot de bain : peut-être que vous déciderez d’aller vous baigner au Lido.

- Je recommande quelques applications et /ou guides: le Routard, Wallpaper city guide, Venise insolite et secrète...



DON’T (" A ne pas faire" en anglais)

- Ne jamais aller à Venise via une croisière : per piacere !!! Bon de tout façon, il a enfin été décidé que les paquebots ne pourront plus jeter l’ancre à Venise même ! Et je suis bien contente de cela.

- Pas de pizza : la pizza n’est décidemment pas vénitienne. D’autant que la ville étant en pan de bois, vous ne trouverez sans doute pas de pizza au feu de bois. Oubliez donc cela.

- Pas de tour en gondole : malgré mon année sur place et les très nombreux voyages que j’ai pu faire, je n’ai jamais fait de tour an gondole. Trop cliché et trop cher… Si vous voulez quand même monter à bord d’une gondole, prenez le traghetto, qui traverse en 5 endroits le Grand Canal, pour quelques euros.

- Ne choisissez presque jamais (il y a des exceptions) un restaurant qui a une carte traduite. Tant pis… Vous aurez la surprise, mais normalement elle devrait être bonne.

- Ne donnez pas à manger aux pigeons, place Saint Marc (et ne dites pas Saint Mar : ça m’énerve).

- Éviter le caffé Florian quand il y a les musiciens : « con musica » vous coûtera 5 euros de plus par personne (au moins !). Mais ne ratez pas leur chocolat chaud.


gif

Pour des conseils personnalisés: contactez moi!

27 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

Kintsugi

DOUX-DOUX