• Pauline

Tic ... tac ... tic ... tac ... tic ... tac

11ème chimiothérapie de Taxol... Il ne m'en reste plus qu'une. Je regarde ce sablier de 30 minutes et cela signifie que je vais devoir le retourner encore 344 fois avant la dernière séance. Mais si je l'agrandis suffisamment pour ne le retourner qu'une seule fois, alors je devrai retourner un sablier de plus de 103 m de haut, pesant plus de 68 kg!



Depuis le 7 octobre, j'aurai donc reçu 16 cures. En temps sablier-jaune, cela signifie 14 360 retournements. Autant dire une éternité...


Il faut dire que la notion de temps a été quelque peu dystopique depuis cette maladie. Si mes journées sont courtes, je trouve cette période de ma vie très longue. C'est assez contradictoire et donc compliqué à expliquer. D'autant que je suis assez nulle en philosophie (pardon maman!!!). Mais au sujet "annabac" du bac de philo. " Le temps est-il objectif ou subjectif ?" , je pourrais répondre que j'arrive à avoir une perception très subjective du matin au soir, avec un planning bien rempli: sport, repas, marche, blog, séries Tv, courses, etc. Le temps est vécu comme assez court; parfois même, j'ai l'impression que ma journée est déjà finie avant de l'avoir commencée. En revanche, la répétition des journées si similaires fait courir une temporalité qu'on ne peut manipuler. Et qui reste donc objective. Tel le héros du film Un jour sans fin (à voir ou revoir sur le site de La Cinetek) .



Je serai donc tel Phil qui revit le 2 février (ça: c'est pour Charriotte!): je revis cette même journée d'hiver, avec une date de printemps qui ne change pas et ne semble pas se rapprocher. Tout le monde me demande à chaque fois quand le traitement se termine... comme on demande à Phil la date de la nouvelle saison. Pour moi, cette date de printemps: c'est le 18 mars , date de ma dernière chimiothérapie. Phil évolue, progresse, se bonifie pendant cette répétition de jours: on peut donc garder ce parallèle, puisque je me soigne, j'évacue ce qu'il y a de mauvais en moi... ce cancer, pour mieux redémarrer ma vie ensuite. Phil apprend pas mal de choses sur lui et en général... j'espère retirer aussi quelques savoirs me concernant à l'issue de cette épreuve.


En tout cas, le 25 mars, ce sera le premier jeudi depuis longtemps, sans traitement! Ayant commencé le Taxol le 31 décembre, je considérais alors n'avoir vraiment rien à fêter ce jour-là. Mais le 25 mars: OUI! C'est en 1581 que le 25 mars fût le dernier "premier jour" de l'année, du fait du calendrier grégorien alors instauré. En 2021, je restaure donc l'ancien calendrier, que je nomme très modestement calendrier paulinien! L'année 2020 aura donc eu 15 mois au lieu des 12 usuels... mais je pense que nous sommes tous d'accord pour dire que cette année a été particulièrement longue pour chacun d'entre nous!



Afin de clarifier les traitements restants: je devrai, courant avril, faire de la radiothérapie. Il semble que ce soit une séance d'environ 10 minutes chaque jour. Le temps va-t-il donc se compresser?


Tic-tac-tic-tac-tic-tac-tic-tac...


Parce qu' il semble évident qu'avec un soin chaque jour, les allers-retours à l'IGR, l'attente parfois pour le soin et l'irrégularité des RDV (horaires différents chaque jour), mes semaines vont être très courtes.


Pour les horaires variables, j'ai une solution!


La "montre à chiffres mélangés" est pour moi, surtout si l'on garde le mouvement régulier des aiguilles. Dans ce cas, mes RDV sont à des heures différentes, mais les aiguilles sont à chaque fois dans la même position! Malin. Si vous ne connaissez pas cet excellent Catalogue d'objets introuvables de Carelman, je vous le recommande.


Bref, le mois de mai est mon nouvel eldorado... avant de commencer l'hormonothérapie, pour au moins 5 ans! Et donc là, gros dilemme: ai-je vraiment hâte d'avoir 50 ans?







40 vues3 commentaires

Posts récents

Voir tout

Kintsugi

Venise